Jardin en permaculture : analyser son sol pour mieux le connaître


Mieux connaître votre sol pour savoir comment le cultiver



Chers tous ! Nous continuons notre voyage au cœur de la permaculture ! Si vous avez manqué le premier article Mon expérience en permaculture : comment débuter un jardin potager, je vous invite à le lire avant celui-ci.

« Mon expérience », c’est celle de ma belle-maman, pas la mienne ! 10 ans de permaculture ce n’est pas négligeable ! Je lui ai posé quelques questions pour vous donner les bases nécessaires pour débuter ce beau projet, je vous propose la suite de ses réponses dans cet article.

Il est évident que le sujet est vaste et dense, et que nous ne pouvons pas tout traiter en deux articles. Le but de ces deux articles est de vous inviter à une initiation, une ouverture à un nouveau mode de fonctionnement, une manière de penser et réfléchir son jardin de façon vivante et sensible !

reportage photo permaculture - anne bied - photographe reporter paris - photographe gers - photo reportage france


Tout part du sol si j’ai bien compris. Comment fait-on pour savoir quel type de sol on a sur notre terrain ?

L’analyse du sol : calcaire / acide / neutre ?

« Vous avez probablement dans la maison du bicarbonate de soude et du vinaigre blanc. Prélevez de la terre dans votre jardin, répartissez votre échantillon de terre dans deux récipients.

Dans le premier, versez du vinaigre blanc. Si le vinaigre réagit (bulles), votre sol est alcalin / calcaire (PH élevé au-delà de 7.5) Ajoutez de l’eau dans le deuxième récipient jusqu’à former une boue. Versez alors du bicarbonate, qui devrait pétiller, signifiant que le sol est acide (pH inférieur à 6.5) Dans le cas où aucun des deux tests ne réagit, le sol est probablement neutre (pH de 7). Ce test permet une première analyse. Tout ceci peut vous aider à savoir ce qu'il faut apporter pour rééquilibrer votre jardin en apportant les amendements nécessaires. Quoiqu'il en soit, un apport d'amendement organique tel que du fumier en hiver est important.

On sait aussi qu’un apport de feuilles en hiver fait baisser le ph. Les sous-bois ont un ph acide.


Un exemple concret

Chez nous par exemple, notre sol argilo-calcaire a un PH d'environ 8-8.4, (sol alcalin voire même très basique) ce qui fait qu'il supporte très bien les apports de feuilles, herbes de tonte, divers déchets verts, qui ont tendance à abaisser le PH et rendre le sol plus acide, donc de se rapprocher du 7 neutre.

Des petits indices avec des plantes bio-indicatrices peuvent vous aider à avoir une idée, par exemple si vous avez des fougères, si les rhododendrons, la bruyère, les Hortensias poussent très bien, votre sol est plutôt acide. Si vous avez plutôt des mauves, votre sol est plutôt calcaire et donc alcalin.

reportage photo permaculture - anne bied - photographe reporter paris - photographe gers - photo reportage france

Un sol ça se prépare combien de temps à l’avance pour bien cultiver ?

Commencer en Hiver

Ca y est, vous êtes décidés à commencer, alors mieux vaut vous y prendre durant l'hiver précédant les premières plantations.

Pour gagner du temps, il vous faudra décompacter la terre sur une vingtaine de centimètre, si votre jardin n'est pas déjà installé, la recouvrir d'une épaisse couche de paille (paillage sec) puis de fumier (paillage humide) ainsi que de la cendre si vous en avez. Cette dernière va alléger votre terre et amener de la potasse qui favorise la floraison et la présence de sucre dans les fruits et légumes.

Vous laissez reposer sans y toucher jusqu'à ce que vous installiez vos plants au printemps. La première année, la paille sera très présente et va se transformer au fil du temps, l'important est d'alterner les paillages secs et humides car sans humidité, la paille aura du mal à se transformer.

Continuer au Printemps

Lorsque vous installez vos plants au printemps vous formez des trous au travers du paillage et vous pouvez au fond de ces derniers y installer une bonne poignée d'orties bien tendres (avant que les fleurs n'apparaissent, non grainées en évitant les tiges qui risqueraient de bouturer.

Privilégiez les têtes tendres qui en se dégradant vont diffuser graduellement de l'azote assurant la bonne croissance de vos plants : l'apport d'azote favorise la croissance des tiges et feuilles, et l'apport de potasse favorise l'apparition des fleurs, des fruits et augmente leur taux de sucre.

Vous pouvez installer un goutte à goutte pour vous éviter d'