Tout ce que vous devez savoir pour devenir photographe

La façon de devenir photographe, au même titre que bien d’autres métiers artistiques, est bien souvent très méconnue.


Que cela soit sur mon métier en lui-même ou sur le déroulé d’une séance photo, je me suis dit qu’il pouvait être utile d’éclairer vos lanternes sur ces sujets qui sont au cœur de mon quotidien. Et de vous dévoiler les qualités indispensables pour savoir comment devenir photographe indépendant.

Devenir photographe aujourd’hui, ce n’est donc pas juste faire « clic » avec un reflex, sans quoi je ne prendrai pas le soin de vous écrire cet article !



Devenir photographe, c’est avant tout « avoir un œil » et une personnalité


Tout d’abord, être un bon photographe, c’est ce que l’on appelle « avoir un œil », ou encore « avoir une vision » avant même les prises de vue.


Ce que l’on recherche chez un photographe pro, c’est tout d’abord un reportage photographique qui va nous plaire. Des photos qui nous touchent et qui nous parlent humainement et esthétiquement. Pas un simple portfolio amateur. Ces sensations passent bien par l’œil du photographe, sa vision de la vie, de l’humain, et de l’art.

À l’ère du tout numérique et dans une société où l’image est omniprésente, faire de « jolies photos » ne suffit plus. On vient voir un professionnel spécialisé dans la photographie pour ce qu’il est : sa personnalité, ses valeurs, sa manière de communiquer, sa vision, etc.…



devenir photographe


Être un professionnel de l’image


Être photographe demande une maîtrise parfaite de l’image pour ses futurs tirages. Ainsi, la technique doit être bonne quelles que soient les conditions de prises de vues et la lumière naturelle.


C’est ce qui fera, heureusement, toute la différence avec un Smartphone. Une photographe professionnelle se doit d’assurer un résultat à la hauteur des attentes de son client lors de son shooting photo.


Maîtriser les outils pour sublimer vos photos


Après la partie prise de vue en séance, vient le moment de sublimer vos photos avec ce que l’on appelle le post-traitement.


Sous ce nom un peu barbare, comprenez que vos photos seront soignées une à une et mises en valeur. Pour cela, le photographe doit maîtriser l’utilisation de logiciels de développement d’images comme Lightroom ou Photoshop pour effectuer quelques retouches.


Luminosité, colorimétrie, micros détails à modifier, voilà tout ce qui pourra être réalisé avec parcimonie pour vous rendre de belles photos de shooting. C’est le traitement d’images.


C’est aussi par le biais de ces logiciels que certaines images dévoileront toute leur puissance et leur émotion lorsque le photographe décidera de les développer en noir et blanc.



devenir photographe
DEVENIR PHOTOGRAPHE


Devenir photographe c’est aussi savoir communiquer sur les réseaux sociaux


Facebook a vu le jour en 2004, YouTube en 2006, Pinterest et Instagram en 2010 pour ne citer que quelques-uns des réseaux sociaux les plus utilisés actuellement.

Chaque réseau social possède ses propres codes et sa propre cible.

Devenir photographe, c’est aussi réussir à s’adapter à ces réseaux, comprendre leurs fonctionnements et savoir sur lesquels se positionner pour son métier. En l’espace de 10-15 ans, la manière de communiquer et de trouver des clients a considérablement évolué.


Être présent sur les réseaux sociaux utilisés par son client idéal, c’est s’assurer d’établir un lien quotidien avec sa communauté et avoir une vitrine qui évolue constamment. C’est aussi travailler une présence média indispensable aujourd’hui.


Les réseaux ont cette qualité incroyable de créer une proximité avec des personnes que nous n’aurions jamais pu connaître autrement.

Ils ont à contrario ce défaut immense d’être chronophages et de demander une présence quotidienne pour être visible un minimum auprès de sa propre communauté.



DEVENIR PHOTOGRAPHE

Entretenir un réseau et fidéliser son carnet d’adresses


Le réseau, c’est en quelque sorte une jolie plante qu’il faut arroser et regarder régulièrement pour ne pas qu’elle fane. J’aime beaucoup cette métaphore.


Un réseau, cela prend du temps à faire grandir, comme la plante. En effet, il se perd très vite si l’intérêt n’est pas assidu, comme la plante.

Aujourd’hui, mon réseau de photographe se compose à 70 % de personnes musiciens ou ayant un lien avec la musique. Ce qui est complètement normal et logique, ayant été moi-même musicienne professionnelle pendant 10 ans.



Entretenir sa créativité, prendre du temps pour créer


Faire un métier artistique demande par définition de la créativité.


À mon sens, on ne peut pas faire de jolies photos pendant des années et des années sans travailler sa créativité. Il me semble important pour un photographe de l’entretenir par ce qui résonne en lui : réunions de photographes, workshops, shootings d’inspiration, projets personnels, ateliers manuels, visites d’expositions & musées, cinéma, musique, art en général, lectures… Pour moi, tout peut être matière à une nouvelle créativité, un peu comme la transversalité à l’école.


Et il est également important de se laisser du temps en dehors des séances clients. Pour réaliser des projets pour soi qui feront sens. Des projets bien souvent non rémunérés, mais qui apporteront de la matière à notre art et à notre vision du Monde.





Devenir photographe, c’est aussi se former continuellement


En parallèle de la créativité, se former est un aspect indispensable du métier.


Cela permet de se surpasser, d’ouvrir de nouvelles perspectives et surtout de continuer à vouloir être au top de son activité. Cela peut être sur des tonnes de sujets différents, et sur une période plus ou moins longue.


Aujourd’hui, beaucoup de workshops de quelques jours suffisent à faire évoluer notre pratique. Je suis convaincue que l’on n’apprend pas forcément mieux dans des formations longues, où le temps de travail est souvent très étendu mais moins efficace.


Pour ma part, j’apprends mieux sur des plages plus courtes, mais plus denses de quelques jours à quelques mois. À chacun de trouver ce qui lui correspond.


Gérer sa comptabilité


Aaaaah, la compta ! Je me passerai bien d'éditer des factures, faire mon bilan et mes déclarations URSSAF, mais c’est une partie incontournable lorsque l’on est photographe.


Cela peut être délégué, bien entendu, mais comme toute délégation, le coût est à prendre en compte. Pour l’instant, je décide de garder cette partie pour moi, même si ce n’est pas ce que je préfère.


Construire sa relation client


Autrement appelée le customer care, mot très en vogue depuis quelque temps. J’adore !


Lorsque je me suis lancée à mon compte, la relation client était déjà un élément fondamental à mes yeux et il l’est toujours. Tout simplement parce que j’avais été déçue un paquet de fois de la considération qu’on m’avait accordée en tant que cliente à de nombreuses reprises. Je ne voulais absolument pas que mes clients ressentent cela à leur tour.

Je suis convaincue que faire un travail de qualité de A à Z est primordial pour construire une belle image de marque.


Je base d’ailleurs tout mon travail autour de ces valeurs :

- le respect du client,

- la considération

- et l’écoute.